Communiqués

le 17 novembre 2010

Bonjour,

Nous faisons ce communiqué pour affirmer que La Gauche – Alternative Linke – La Sinistra à bien eu des contacts avec le Conseiller national M. Ricardo Lumengo. Nous sommes surpris de lire dans la presse que ces contacts existent sans avoir été consultés sur la possibilité d’une éventuelle communication. Ouverts à la discussion, nous n’avons malheureusement pas pu réellement discuter sérieusement avec M. Lumengo des points politiques utiles précis de convergence incontournables pour pouvoir envisager une collaboration.

Nous continuons de penser que cette affaire n’est qu’une tempête dans un verre d’eau,  et qu’elle ne vaut pas l’échafaud politique à l’intéressé, mais nous laissons le PSB et le PSS assumer leurs décisions bien tranchées, n’ayant manifestement pas la même approche du soutien qu’un parti doit à chacun de ses membres, y compris quant il se trompe, et sans pour autant cautionner l’acte de M. Lumengo.

Cependant, malgré le manque de contacts sérieux, au vu de l’analyse politique des différentes prises de position de M. Lumengo, La Gauche – Alternative Linke – La Sinistra met un terme aux négociations avec M. Lumengo. Ces prises de position ne correspondant effectivement pas à nos aspirations politiques les plus essentielles. Nous conservons évidemment des ambitions sous la Coupole fédérale, mais pas au prix de galvauder nos idées politiques avec des alliances contre nature.

Nous formulons tout de même à M. Lumengo nos meilleurs vœux pour la suite, et de pouvoir trouver rapidement une issue heureuse à cette triste affaire, mais sans nous.

Cordialement

Frédéric Charpié – Secrétaire du collectif national

078 892 73 74

fredox@bluewin.ch

http://www.la-gauche.ch

Le 29 octobre 2010


Projet et contre-projet sur les criminels étrangers :
La Gauche refuse la peste brune et le choléra !

L’UDC de la peste brune mène encore une campagne mensongère et contraire aux droits de
l’homme et aux valeurs les plus élémentaires d’un pays civilisé, associant les mots
«criminels» et «étrangers». Les Chambres fédérales, quant à elles, ont mijoté un contreprojet
digne du choléra. Si la forme change, le fond demeure : les deux initiatives visent à
instaurer une justice qui mène une chasse ethnique ciblée, sans tenir compte du principe de
proportionnalité et d’individualisation de la peine, ceci posant aussi problème avec la libre
circulation des personnes.

Les renvois existent déjà, la commission fédérale pour les questions de migration annonce
615 renvois en 2008 et 750 en 2009. Il ne peut y avoir de différence de traitement en justice
du seul fait de sa nationalité, pas plus que de son appartenance à une religion ou de son
orientation sexuelle. C’est inadmissible ! D’autre part, on procède aussi à une
«culpabilisation et punition par association» de tous les membres de la famille. Par cette
extension crasse de l’expulsion des délinquants, de nombreuses familles sont punies : les
proches sans titre de séjour personnel sont directement touché-e-s.

Auteurs du contre-projet, le PLR, le PDC et le PBD, titrent leur campagne « ferme, mais
juste ». Des notions de justice très orientées car avec eux les criminels en col blanc ne
risquent ni prison, ni renvoi. Et que faire des pays qui n’ont pas d’accord de renvoi avec la
Suisse? Et les familles? Comment justifier, sans individualisation de la peine, un renvoi pour
un délit valant un an de prison en Suisse et pouvant valoir la peine de mort dans le pays
d’origine? Et pour les criminels suisses à l’étranger, on les rapatrie pour plus d’équité? La
palette des gens concernés est très large avec ces deux étrons car il faut compter tous les
étrangers de première génération intégrés en Suisse depuis des années, et les générations
suivantes. La Gauche demande un droit du sol, offrant la nationalité à toute personne née
sur son territoire.

Pour avancer ensemble de manière durable, il faut plus de justice sociale, de solidarité et de
fraternité. A vouloir résoudre ses soucis par des solutions xénophobes, la Suisse tourne en
rond et ne s’occupe pas de ce qui fera encore d’elle un pays prospère, juste et où il fait bon
vivre. La Gauche ne rêve pas de frontières totalement ouvertes, mais refuse
catégoriquement la xénophobie, et quitte à expulser quelques nuisibles, elle proposera sa
propre liste de renvoi dans sa campagne d’affichage.

Contre la xénophobie : 2X NON dans les urnes le 28 novembre

———————————————

Le 22 septembre 2008

Une majorité de femmes au Conseil fédéral, bravo ! Retirez la retraite des femmes à 65 ans !

Par ce communiqué, La Gauche interpelle cette nouvelle majorité féminine au Conseil fédéral pour enterrer rapidement et définitivement le projet de rallongement de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans. A nos Conseillères fédérales de montrer aux femmes de ce pays que ce qui est décrit comme une nouvelle avancée formidable pour la défense de leurs droits, n’est pas que de la poudre aux yeux.

Pour M. Johann Schneider-Ammann, il s’agit d’un businessman rétrograde et macho qui était notamment contre le congé maternité, pour la retraite à 67 ans, contre un salaire minimum, pour la libéralisation totale des heures d’ouverture des magasins, et il trouve la 4ème révision de la LACI trop «douce». Quant à la socialiste Simonetta Sommaruga, qu’attendre légitimement d’une socialiste aussi peu distancée de la droite bourgeoise?

Nous pouvons donc sans autre considérer cette double élection comme un net recul de la gauche au profit de la droite bourgeoise et libérale. Pour nous, avec tous ces cris de victoire, il sera intéressant de suivre de près cette nouvelle majorité féminine, et surtout dans l’énergie mise pour faire avancer la cause des femmes en Suisse, crier victoire, c’est bien, agir en conséquence, ce sera encore mieux.

« La Gauche – Alternative Linke – La Sinistra »