CP Votation populaire du 08 mars 2015

La Gauche dit NON à l’initiative populaire «Aider les familles! Pour des allocations pour enfant et des allocations de formation professionnelle exonérées de l’impôt». Ici nous devons choisir d’accorder une baisse fiscale aux classes moyennes supérieures  et plus riches sans rien accorder aux autres. Au niveau fédéral, seuls les plus hauts revenus pourraient bénéficier de ce cadeau fiscal, par contre, ceci ne profiterait pas aux plus bas revenus qui ne sont pas soumis à l’impôt fédéral direct, et ce sont pourtant eux qui auraient le plus besoin d’un coup de pouce. Au niveau cantonal, la comparaison du PSS est bonne à ce sujet, soit que cet allégement fiscal permettrait à une famille riche de se payer une semaine de vacances, et à une famille pauvre de faire une sortie au zoo. De plus, ce manque à gagner chiffré à un milliard devra être repris ailleurs, et là on peut s’attendre à ce que les familles les moins aisées ne soient pas épargnées par de nouvelles mesures d’économie.

La Gauche dit NON à l’initiative populaire «Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l’énergie». Il faut promouvoir des énergies renouvelables, mais le faire en creusant encore les inégalités sociales est inacceptable. Encore une fois, ce seront aux moins riches de payer, comme les locataires d’immeubles mal isolés, mais aussi les habitants de régions périphériques mal desservies par les transports publics. Pour la TVA, c’est un impôt injuste, mais cette nouvelle taxe serait encore pire pour des classes populaires captives et dépourvues de moyens pour accéder à plus d’écologie. Cette initiative est donc juste bonne pour les plus riches. Mais ceci dit il n’est pas étonnant de voir les Verts libéraux préférer taper sur les petits, et nous les entendons moins disserter sur les multinationales hyper polluantes. Enfin, voir les Verts suivre les Verts libéraux dans cette aventure n’est pas un tournant énergétique, mais un tournant libéral bien regrettable si ce dernier devait se confirmer à l’avenir.

La Gauche suisse