CP Votations fédérales 18 mai

OUI à l’arrêté fédéral concernant les soins médicaux de base :

Les soins de base doivent pouvoir rester accessibles à tout un chacun, et ce but essentiel est particulièrement menacé dans les zones périphériques, sans que cette mise en cause y génère des économies car les patients s’adressent plus aux services d’urgences pour des pathologies ne le nécessitant pas. La problématique de la relève des médecins de famille exige une revalorisation de cette formation et de l’attractivité de ce type de médecine de proximité qui joue un rôle essentiel dans notre système de santé. La Gauche soutient donc ce contre-projet qui va dans le bon sens pour atteindre cette revalorisation indispensable de la médecine de premier recours.

NON à l’initiative populaire pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants :

Cette initiative fleure bon la volonté d’une forme de retour à une société du moyen-âge. Personne ne cautionne les actes abjects commis par des pédophiles, et certains cas justifient de telles mesures. Ici, le problème réside dans l’unilatéralité d’application, qui peut aussi devenir de la pure barbarie car punissant de la même manière de dangereux criminels et une relation entre une personne de 19 ans avec une autre de 15 ans ayant dépassée le stade de la puberté, ce qui aurait pour conséquence pour celui de 19 ans de ne pas pouvoir travailler avec des mineurs tout sa vie. Cette initiative englobe aussi des objets déjà réglés dans le code pénal avec la même punition. Ainsi, un adolescent de 18 ans qui remettrait un journal pornographique à un mineur de 15 ans serait aussi interdit à vie de travailler avec des enfants. D’autre part, des mesures complémentaires et bien réfléchies pour lutter contre la récidive pour les actes de pédophilie sont déjà prêtes, et ces dernières nous paraissent bien plus efficaces, et aussi plus rapidement applicables.

OUI à l’initiative populaire pour la protection de salaires équitables (salaires minimums)

Certains domaines de l’économie vont souffrir, mais la protection des travailleurs passe avant ce genre de considérations. Toujours plus de personnes travaillant à 100% doivent avoir recours à l’aide sociale pour vivre décemment, c’est inadmissible. Jamais nous n’arriverons à concurrencer certaines pratiques salariales dans des pays en voie de développement, et nous devons développer des secteurs permettant de vivre de son travail, tout en nous souciant de secteurs spécifiques en difficultés par le truchement de mesures compensatoires ciblées. De plus, ce salaire minimum est aussi un bon moyen de lutter contre le dumping salarial pratiqué essentiellement dans les régions frontalières, et c’est aussi un bon moyen de faire avancer l’égalité hommes-femmes, en sachant qu’environ 70% des personnes concernées sont des travailleuses.

NON à l’acquisition de l’avion de combat Gripen

Cet achat est stupide tant du point de vue géostratégique que financier. L’heure est aux économies, et souvent elles sont faites sur le dos de la classe moyenne «vache à lait», mais aussi aux dépens des plus pauvres de notre société. De plus, l’idée de cette Suisse qui devrait être auto-suffisante sur le plan militaire prête à sourire vu le besoin d’interventions de nos voisins dans notre ciel «en dehors des heures de bureau». Pour La Gauche, M. Ueli Maurer devrait stopper ces mauvaises blagues. Notre armée est déjà suréquipée par rapport aux missions qu’on lui confie, et nos collaborations indispensables avec nos voisins suffisent pour garantir la sécurité de notre pays. Notre industrie doit opérer une profonde transformation dans des productions durables et d’avenir. La seule paix menacée, la paix sociale, l’est par les écarts toujours plus importants entre ultra riches et pauvres, cela faisant le lit de partis xénophobes. Penchons-nous déjà sur ce genre d’investissements avant de gaspiller de l’argent pour satisfaire les actionnaires du lobby des armes.

 

Pour le collectif national : Frédéric Charpié – secrétaire / info@lagauche.ch – 078 892 73 74