CP: Votations fédérales du 28 septembre

NON à l’initiative de Gastrosuisse

La Gauche refuse cette initiative, car si la TVA reste un impôt profondément antisocial a combattre, il faudrait revoir tout le logiciel des prélèvements, et pas faire des cadeaux fiscaux à certains secteurs et sans condition. Dans cette initiative rien ne garanti en effet une baisse des prix pour les consommateurs, et pas plus un meilleur traitement du personnel de restauration. De plus, on touche ici à toute la restauration, de la simple auberge campagnarde au luxueux hôtel 5 étoiles, sans aucune distinction. Alors creuser un trou fiscal de 750 millions dans les caisses de la Confédération, à combler par des coupes budgétaires diverses, par exemple dans le service public (avec les majorités parlementaires que nous avons), et ce pour engraisser essentiellement les plus grands patrons d’établissements brassant les plus gros chiffres d’affaire, non merci ! La Gauche soutien le domaine de la restauration, mais surtout les conditions de travail de ses employés, et en cela, nous trouvons cette initiative de Gastrosuisse aussi choquante qu’inacceptable. Travaillons pour que l’employé de base puisse déjà remplacer occasionnellement sa vieille bicyclette avec un salaire décent, avant de se préoccuper du remplacement du rutilant 4×4 des plus riches patron, qui proportionnellement gagnerons le plus d’argent avec cette initiative.

OUI à la caisse unique

Pouvoir continuer de choisir sa caisse, disent les opposants à cette initiative, mais les citoyens en ont marre de changer tout le temps de caisse maladie, et les mêmes qui nous servent cette «liberté» se battent au Parlement pour restreindre le libre choix du médecin, cherchez l’erreur. La concurrence entre les caisses n’existe pas, et on nous harcèle pour changer de caisse, la chasse aux bons risques est ouverte, les coûts publicitaires sont énormes, les coûts administratifs et de gestion et les coûts du fourrage nécessaire en dividendes à verser à tous ces conseils d’administration sont aussi gigantesques. Pascal Couchepin n’est plus là pour nous mentir comme un arracheur de dents, mais il est remplacé par Alain Berset, ami pseudo-socialiste de Christian Levrat, devenu Conseiller fédéral car étant plus lobby-compatible que Pierre-Yves Maillard, et qui ferait bien de prendre sa carte au PLR. On observe maintenant les dégâts fait par ces deux pourfendeurs du socialisme helvétique, l’un ayant aidé l’autre à accéder au CF pour lui prendre sa place free-bourgeoise à la chambre haute. Nous assistons donc au spectacle «Berset contre la caisse publique». Quelle honte ! Le lobby des quelques 60 caisses maladie fait bien son travail, et ses employés sous la Coupole, qui s’engraissent dans divers conseils d’administration, ne défendent plus les citoyens, mais uniquement leur porte-monnaie. Alors, économisons de l’énergie à ceux qui ont réellement besoin de soins et peinent de plus en plus à pouvoir s’assurer correctement (et ceci nous concerne tous), évitons de continuer de nous faire tondre par un lobbys qui se moque du monde, observons la courbe de l’augmentation de la santé et celle de l’augmentation de nos primes qui prend plus l’ascenseur, et demandons-nous pourquoi ? La réponse est claire, limpide même, toujours plus vorace, les conseils d’administration quémandent toujours plus de sous pour pouvoir encore s’engraisser, alors préservons leur santé, comme nous nous préservons d’être les dindons de la farce, et mettons-les au régime en glissant un grand OUI dans les urnes !

Le Collectif national